Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


CATÉGORIES
Anthologies
Bibliographies
Cahiers Simenon
Carnets intimes
Cinéma
Correspondances
Essais littéraires
Nouvelles
Philologie et linguistique
Poésie
Romans
Théâtre

CATALOGUE
Recherche par auteur
Recherche par titre

NOUVEAUTÉS
Dernières parutions

COMMANDES
Libraires
Autres

Publications

Le Roman des rats (réédition)
de Robert Goffin

Robert Goffin: Le Roman des rats (réédition)

Genre : Roman
Éditeur : en coédition avec SAMSA
Collection : Roman
Format : 14 X 20,5 cm
Nombre de pages : 162 p.
Date de publication : Décembre 2019
ISBN : 9782875931160
Prix : 18,00 €
Préface de Marc Danval

À propos du livre

Dans le sillage de Maeterlinck, qu’il vénérait, Robert Goffin, poète aventureux, et introducteur visionnaire du jazz en Europe (il correspondait avec les pionniers de cette musique qui bouleverserait les sensibilités au lendemain du premier conflit mondial) s’attela, comme son modèle, à portraiturer des espèces animales qu’il jugeait dignes de célébration.À ceci près qu’à la différence de l’auteur de La Vie des abeilles, il jeta son dévolu sur des créatures délaissées, voire craintes et méprisées. Son élection, parmi les espèces vivantes, des anguilles, des rats et des araignées est en effet pour le moins audacieuse, non conformiste et paradoxale.

Ce deuxième volume de la trilogie, dévolu aux rats, est particulièrement provocant. Espèce pas précisément noble, le rat est un mal-aimé, c’est le moins que l’on puisse dire. Goffin ne le réhabilite pas, ce n’est pas son propos, mais dévoile un certain nombre de ses mystères. Comme le relève Marc Danval dans son avant-dire, l’animal ne lui inspire pas le moindre sentiment de passion. Mais la fascination n’est pas absente de son approche. Il constate que « les rats sont mis en parallèle avec une sorte de gang de la fiscalité fantomatique qui pille et rançonne l’homme à son insu ».

Ce qui transpire de cette étude visionnaire et paradoxale, c’est l’exceptionnelle émancipation imaginative d’un auteur insolite et déroutant, chez qui l’esprit de sérieux n’exclut pas l’imagination vagabonde et la tranquille subversion de toute approche conventionnelle.