Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


CATÉGORIES
Anthologies
Bibliographies
Carnets intimes
Cinéma
Correspondances
Essais littéraires
Nouvelles
Philologie et linguistique
Poésie
Romans
Théâtre

CATALOGUE
Recherche par auteur
Recherche par titre

NOUVEAUTÉS
Dernières parutions

COMMANDES
Libraires
Autres

Publications

Poèmes choisis
de Louis-Philippe Kammans

Louis-Philippe Kammans : Poèmes choisis

Genre : Poésie
Collection : Poésie Théâtre / Poche
Format : 11,5 x 18 cm
Nombre de pages : 184 p.
Date de publication : 1992
ISBN : 2-8032-0002-1
Prix : 9,50 €
Portrait par Alain Bosquet
Préface de Jeanine Moulin

À propos du livre

Né en 1912, mort en 1972, figure connue de la radio et de la télévision belge naissante, Louis-Philippe Kammans est reconnu, aujourd'hui seulement, comme un des premiers poètes de sa génération; en témoignent et ce livre et la place qui lui est faite dans le Tome III de La poésie francophone de Belgique (Éditions de l'ARLLFB). Après des débuts que l'on peut qualifier de «post-cubistes», dont la dérision laisse percer un certain tragique, Kammans devient un mélancolique de grande race et un chantre inspiré de l'Europe, tel que l'on n'en avait plus entendu depuis Jules Romains.

Lire un extrait

L'aiguille du compas

Sur la nuit tapis bleu de faux éclairs sommeillent
tu cherches la clé d'or des songes ravageurs
les appels de ces voix engourdissent qui veille
et titubant tu vas cherchant des jeux meilleurs

Mais si dans l'habitacle une lampe s'éclaire
qui la rose-compas révèle si sereine
et le cap rigoureux te montre qu'il faut faire
ainsi dans l'ombre creuse au secret de toi-même
tu voudrais bien trouver ce compas minutieux
où mesurer l'écart des routes dérivées

Les courants traversiers t'emportent vers les bleus
blancs glaciers morceaux des banquises écroulées
ou vers ces rouleaux gris chargés de sables lourds
danseurs sur les hauts-fonds de si trompeuses plages

Refuges fallacieux tu les fuiras toujours
ces miroirs habités de monstrueux mirages

Car ce doigt noir dans la coupole d'or nageant
est le signe par où tu redeviens toi-même
de babord à tribord écartelé souvent
mais espérant toujours quelque azimut suprême

Table des matières

Louis-Philippe Kammans, Europe au cœur

Préface

Poèmes de Louis-Philippe Kammans

Documents

Lettres inédites et texte d'Edmond Kinds

Bibliographie