Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


CATÉGORIES
Anthologies
Bibliographies
Carnets intimes
Cinéma
Correspondances
Essais littéraires
Nouvelles
Philologie et linguistique
Poésie
Romans
Théâtre

CATALOGUE
Recherche par auteur
Recherche par titre

NOUVEAUTÉS
Dernières parutions
À paraître

COMMANDES
Libraires
Autres

Publications

La Minute du bonheur et autres pages retrouvées
de Camille Lemonnier

Philippe Jones : Fictions (1991-2004)

Genre : Nouvelles
Éditeur : En partenariat avec SAMSA
Collection : Nouvelles inédites
Format : 15,5 x 24 cm
Nombre de pages : 430 p.
Date de publication : 2013
ISBN : 978-2-87593-008-8
Prix : 22,00 €
Texte réunis par Jacques Detemmerman et Gilbert Stevens. Préface d’André Guyaux

À propos du livre

L'œuvre de Camille Lemonnier (1844-1913) est monumentale. Romans, nouvelles, mémoires, textes sur l'art : son apport à la littérature française du tournant du XIXe siècle est considérable et largement méconnu, peut-être parce que la France, qui l'avait fêté de son vivant, ne l'a pas suffisamment conservé dans son patrimoine littéraire.

En cette année du centenaire de la mort de l'auteur, il s'est imposé, tandis que Philippe Roy lui consacrait sa première biographie d'ample envergure (parue aux mêmes éditions), d'exhumer la part de son œuvre créatrice devenue pratiquement introuvable. Il s'agit des très nombreuses fictions courtes qu'il avait publiées dans les périodiques les plus divers, en Belgique et en France, et qu'il n'avait jamais réunies en volume.

Jacques Detemmerman et Gilbert Stevens se sont chargés de ce travail d'archéologues des lettres et ont de la sorte porté au jour un gisement ignoré, dont bien des pages rivalisent avec les meilleures de celles dont l'auteur lui-même avait garanti la pérennité.

Dans sa préface, André Guyaux, professeur à la Sorbonne, éclaire et souligne l'intérêt et la qualité de cette pêche miraculeuse, inscrite désormais dans le cadre d'une œuvre majeure, que l'on a le plaisir, cent ans après la disparition de Lemonnier, de mesurer à sa juste dimension